Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel
La mission patrimoine et le Programme triennal, quelques extraits (actualisés par D. Cyrille)
 
L’action du centre dans le domaine du patrimoine se situe dans l’esprit de  « sauvegarde »  défini par l’Unesco dans la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, ratifiée par la France en 2006 : « On entend par "sauvegarde" les mesures visant à assurer la viabilité du patrimoine culturel immatériel, y compris l'identification, la documentation, la recherche, la préservation, la protection, la promotion, la mise en valeur, la transmission, essentiellement par l'éducation formelle et non formelle, ainsi que la revitalisation des différents aspects de ce patrimoine. »
 
 Les recherches et collectes mises en œuvre par le centre concernent notamment : 
 
  1.  Certaines expressions traditionnelles menacées de disparition qu’il est urgent de collecter : chants de labour, chants de marins, le Mayolè, etc.
  2.  Des expressions à revitaliser : le quadrille (musiques et danses), les musiques et danses des guadeloupéens d’origine indienne, etc. 
  3.  Des expressions bien vivantes : le Gwoka traditionnel et moderne, les musiques de carnaval, etc.
 
L’urgence concerne à la fois la sauvegarde des expressions menacées de disparition, et le recueil du témoignage d’informateurs âgés sur les pratiques anciennes de genres musicaux vivants et en constante évolution, comme le Gwoka. 
 
Les travaux sont confiés à des chercheurs spécialisés, choisis en fonction de leur compétence et de leur expertise reconnue par leurs pairs, ainsi que de leurs capacités relationnelles. Car la recherche n’est pas un but en soi mais une étape indispensable vers une réelle valorisation du patrimoine. Cette valorisation  se situe à plusieurs niveaux complémentaires :
 
  • ·Valorisation scientifique : rédaction et mise en forme des résultats de recherche. Possibilité de consulter les travaux dans de bonnes conditions.  Eventuelles publications spécifiques et articles dans des revues scientifiques. Communications dans des colloques et rencontres professionnelles. Diffusion régulière des travaux auprès du ministère de la culture, de la commission française de l’Unesco (dans le cadre de la mise en oeuvre de la convention sur le patrimoine culturel immatériel) de la SFE et ICTM.   Traduction en anglais et espagnol. 
  • ·Valorisation artistique et pédagogique : se servir des résultats de la recherche pour la formation des artistes et enseignants et pour créer des outils pédagogiques à destination  des enseignants. Réintroduire certains éléments perdus ou oubliés de la tradition (par exemple : instruments disparus de la pratique), mettre les collectes à disposition des artistes dans leur démarche de création.
  • ·Valorisation publique :  relancer l’intérêt du grand public pour les patrimoines collectés par le biais de spectacles, de rencontres et manifestations populaires, d'expositions, des émissions de radio ou de télévision, des articles de journaux, des productions audio-visuelles. Un patrimoine vivant n’est pas un patrimoine regardé, mais un patrimoine vécu. Il n’est donc pas souhaitable de le présenter et l’enfermer dans un cadre trop patrimonial et muséal.
  • ·Il est aussi très important de mettre en valeur les porteurs, les tenants de la tradition, en particulier dans le domaine des traditions transmises dans l’oralité. 
 
 
 Tous les travaux de recherche du centre pourront être consultés, sous une forme synthétique sur le site internet du centre. Lorsque c’est souhaitable et possible, ils feront l'objet de publications écrites, sonores ou audio-visuelles.
Le patrimoine, en matière de traditions populaires, est un bien culturel commun, exprimant la spécificité, l’histoire d’une communauté et participant au patrimoine universel de l’humanité, mais il doit néanmoins être géré dans le respect des droits des individus qui contribuent à sa pratique, sa transmission, sa connaissance et sa diffusion. 
 
Pour voir la liste complète  des collectes menées par Rèpriz, cliquez ici.
 
Partenariat avec LAMECA (Conseil Général)
 
Le centre Rèpriz, pour certaines de ses activités patrimoniales, est appelé à travailler avec un partenaire privilégié : la médiathèque Caraïbe. Ce partenariat fait l’objet d’une convention signée avec le Conseil Général de Guadeloupe. 
Dans le cadre de la politique culturelle du Conseil Général en faveur du  patrimoine, laméca prévoit l'acquisition d'un équipement adapté à la conservation et l’archivage de documents sonores. Les travaux de recherche de Rèpriz seront déposés et protégés à la médiathèque caraïbe pour être consultés dans leur intégralité en respectant les règles juridiques en vigueur.
Le site internet de la Médiathèque Caraïbe (lameca) : www.lameca.org
La présentation de la mission de collecte de lameca :www.lameca.org/collecte 
 
Séminaire d’ethnomusicologie caribéenne. 
 
Depuis 2003, le centre (Mission Patrimoine) organise le Séminaire d’Ethnomusicologie Caraibéenne conjointement avec LAMECA, tous les deux ans, dans le cadre du Festival de Gwoka. Les actes du séminaires sont consultables sur le site internet de lameca ici : www.lameca.org/dossiers/ethnomusicologie
 
Collaborations extérieures. 
 
En France.
Plusieurs centres régionaux de musiques et danses traditionnelles, fédérés dans la FAMDT, bénéficient d’une aide financière de la Bibliothèque Nationale de France pour la numérisation et le traitement d’archives sonores de musique traditionnelle. Dans le futur il sera peut être utile de relier l’action du centre de Guadeloupe à cette dynamique commune, en particulier auprès de la MMSH d’Aix-en-Provence, pour bénéficier de l’expérience acquise, et solliciter le soutien de la BNF le moment venu.  
 
 
Dans la Caraïbe.
Des liens d’information, d’échange et de coopération sont également à établir et à entretenir avec d’autres centres de la Caraïbe et d’Amérique agissant dans le domaine du patrimoine musical caribéen (USA, Canada, Porto-Rico, Jamaïque, Cuba, Sainte-Lucie, Trinidad…).  Un véritable réseau de coopération est en cours de développement compte tenu des liens profonds qui relient les diverses cultures caribéennes, malgré la diversité linguistique et politique. Le centre de Guadeloupe est un des maillons actifs de ce réseau et espère jouer un rôle moteur dans sa construction et son animation.
 
Quelques chantiers importants  : le quadrille, le gwoka, les traditions indiennes.
Le quadrille créole.
Le Gwoka.
Musiques et danses Indo-guadeloupéennes
Recherches sur la danse en Guadeloupe
Lien avec les universités